Accord Areva – Solvay pour valoriser le thorium

Mardi 29 octobre 2013, à la conférence ThEC13 au CERN à Genève, Areva et Solvay ont annoncé un nouvel accord pour réunir leur savoir-faire et ajouter de la valeur à tout le cycle de vie du thorium.

Annonce Accord Areva Solvay Thorium

Thierry Delloye (à gauche) et Luc Van Den Durpel annoncent l’accord Areva – Solvay à la conférence ThEC13, dans le globe de la science et de l’innovation au CERN

 

Ce programme collaboratif a pour objectifs:

  • De résoudre les questions sur les résidus de thorium issus de la filière d’exploitation des terres rares dans le passé et aujourd’hui.
  • De fournir une argumentation industriellement robuste pour la valorisation du thorium pour la production d’énergie nucléaire, dans le moyen terme.
  • De fournir des options de meilleur niveau pour la gestion des stocks de thorium, en attendant cette valorisation dans le moyen terme.

Un programme de recherche et développement sera mis en place avec des partenaires internationaux, axé sur une première phase de développement de combustible avec irradiation à l’horizon 2020.

Dans la présentation à la conférence, que vous trouverez sur YouTube ici, avec les diapositives en format .pdf ici, Luc Van Den Durpel d’Areva a toutefois signalé qu’il faut « démystifier » l’histoire du cycle de combustible au thorium, et que la transition vers l’exploitation de cet élément prendra du temps (« >100 ans » selon la page 6, ou « au moins des décennies » selon la page 24).

La stratégie est axée sur l’exploitation du thorium dans les combustibles solides, mais Areva reconnait la possibilité d’utiliser le thorium « à plus long terme » dans les systèmes de génération 4 (voire plus), par exemple MSR (Molten Salt Reactor), ADS (Accelerator Driven System), LFTR (Liquid Fluoride Thorium Reactor).

Solvay - Areva

Un point très positif de cet accord est la possibilité pour ces deux géants industriels d’exploiter dans le futur les synergies offertes par un positionnement de la fission nucléaire à l’interface entre la physique et la chimie.

Photo : John Laurie

Publicités

6 réflexions au sujet de « Accord Areva – Solvay pour valoriser le thorium »

  1. @ Onaf.

    Je crois qu’Areva « protège ses fesses ». J’aurai tendance à penser, qu’en bon dealer la société n’a aucun intérêt à saborder son fond de commerce très lucratif, à savoir la totale dépendance des opérateurs de centrales de par le monde, au conditionnement, au retraitement et à la distribution du combustible nucléaire. Dans notre monde économique actuel cette attitude est parfaitement justifiée …

    Ainsi on choisit de fertiliser du thorium dans des réacteurs classiques pour obtenir de l’U 233 qu’on sait très actif radiologiquement (sous-entendu dangereux). Cet U233 nécessiterait alors le développement de technologies robotiques très pointues et coûteuses pour être manipulé. Une manière « élégante » de faire tourner la boutique tout en s’assurant un chiffre d’affaire respectable. Qui s’en plaindrait ? Les actionnaires, les chômeurs ? …

    A mon avis, l’intérêt récent d’Areva pour le Thorium tient en grande partie à son soucis d’assurer la pérennité de son activité compte tenu des tensions sur l’Uranium et du rejet du nucléaire par les populations. On présente ainsi le thorium comme une révolution sans pour autant aller jusqu’au bout de la démarche qui consisterait effectivement à l’utiliser dans des réacteurs à sels fondus.

    En 10 ans on est aller dans la lune et c’était autrement plus compliqué que de concevoir ce nouveau type de réacteur (ou plutôt les redécouvrir compte tenu des expériences passées).

    J'aime

  2. On peut s’étonner effectivement de la détermination d’Areva d’ignorer les avantages des combustibles liquides. Cette stratégie semblerait dangereuse en vue de l’investissement fort de la Chine pour développer la filière sels fondus. Mais mettons nous pour un instant dans la peau d’Areva (ou bien celle de GE ou Westinghouse…).
    Mon entreprise fonctionne avec la vente d’essentiellement deux produits : réacteurs et combustible. De temps en temps je vends un réacteur à prix coûtant, ce qui oblige mon client à acheter le combustible solide pour ce réacteur chez moi. Je peux donc imposer le prix que je veux pour le combustible, et ainsi assurer des revenus et des profits stables. C’est le modèle « lames de rasoir ».
    Si je commence à vendre des réacteurs à combustible liquide au thorium, ce combustible sera essentiellement gratuit, et mon client pourra l’acheter où il veut. On peut comprendre que les combustibles liquides soient considérés comme une menace au lieu d’une opportunité.
    Alors si je ne veux pas me tirer dans le pied, il faudra inventer un nouveau « business model » pour accompagner cette nouvelle technologie. La créativité technique doit s’accompagner d’une créativité commerciale.

    Areva, on n’a pas envie de vous perdre. Si vous lisez ceci, mettez vos équipes commerciales et économiques à l’oeuvre pour inventer ce nouveau modèle économique, avant qu’il ne soit trop tard…

    J'aime

  3. Je me demande si Areva serait capable toute seule de développer des réacteurs à sels fondus.

    D’une part elle a beaucoup investi dans les EPR et a déjà des difficultés à les livrer et à les vendre.

    Ensuite en France j’ai l’impression (corrigez moi si je me trompe) que pour toute nouvelle filière de réacteur c’est le ministère de l’industrie qui décide, le CEA qui fait la R&D et les réacteurs prototypes et de démonstration (avec une participation d’EDF et AREVA bien sûr), et ensuite arrivent Areva et EDF pour la commercialisation. C’est le cas pour ASTRID je crois. Ce n’est donc pas seulement Areva qui prend les décisions, même si les dirigeants de l’entreprise doivent avoir une grosse influence au ministère bien sûr, ils doivent participer aux décisions. J’ai aussi entendu parlé de l’influence du lobby X-Mines mais je ne sais pas grand chose à ce sujet. Bref il y a tout un système bien placé à convaincre ainsi que les politiques. Comme vous dites peut être que si ils se sentent menacés par les chinois ils bougeront.

    Sinon si ils veulent encore se faire de l’argent sur le cycle du combustible ils pourraient développer un réacteur à sels fondu mais avec un sel dénaturé contenant encore de l’uranium enrichi (le DMSR) et sans retraitement en ligne du sel. Selon David Leblanc ce réacteur serait encore plus compétitif que les réacteurs n’utilisant que le thorium, de plus ils seraient plus résistant à la prolifération. Avec ce type de réacteur Areva pourrait continuer à vendre de l’uranium enrichi et à retraiter du combustible. Même si ce sera moins lucratif que pour les réacteurs actuels c’est sûr.

    J'aime

    • Effectivement, Areva ne réagira pas seul. Comme vous le dites il y a le gouvernement, le CEA, EDF et l’école des mines à convincre aussi. La présentation d’Areva est d’ailleurs très claire à ce sujet. Elle dit (p24) que:
      « Les systèmes de génération IV/X dédiés au thorium ne réussiront pas […] sans une vision long-terme du gouvernement pour pousser leur développement ».
      Ca ne s’annonce pas facile… D’où l’importance de voir cette technologie comme une opportunité à saisir et non pas comme une menace à étouffer. La priorité absolue est de communiquer ouvertement et avec clarté, et de porter cette opportunité à l’attention des décideurs de ces organisations.

      La fission liquide regroupe une famille grandissante de réacteurs, chacun avec des avantages et inconvénients. Spectre thermique / rapide, choix des sels fluorés, surgénérateur ou « bruleur », combustible Uranium / Thorium / Plutonium, avec ou sans couverture… La Chine fait le choix de faire la transition avec un combustible solide TRISO refroidi aux sels fondus, mais il y a d’autres options pour faire cette transition, et certaines pourrait être extrêmement lucratives. Le monde a besoin d’énergie propre et bon marché.

      Vous trouverez un article en français sur David Leblanc et DMSR ici:
      http://energieduthorium.fr/2012/09/24/venez-thorium-restez-reacteur-dmsr/

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s