Nouveau projet CLEF

L’humanité a un besoin pressant d’énormes quantités d’énergie propre pour limiter le réchauffement climatique et assurer la prospérité d’une population mondiale grandissante.

La fission nucléaire, avec la densité d’énergie extraordinaire de ses combustibles, permet de répondre à ce problème, mais le développement de la technologie actuelle atteint des limites qui sont liées à l’utilisation de combustibles solides.

Une nouvelle technologie de combustibles liquides est nécessaire pour lancer une deuxième ère de fission propre et moins chère que le charbon. La France est à la pointe du développement de ces technologies de fission liquide.

A Grenoble INP un nouveau projet structurant « CLEF » (Combustible Liquide pour une Énergie Future) a été lancé, qui permettra à 17 chercheurs de travailler ensemble sur les technologies de la fission liquide, et en particulier sur le concept du MSFR (Molten Salt Fast Reactor).

CLEF

Un document de synthèse décrivant ce projet est disponible en cliquant ici. Il s’articule autour de trois axes principaux :

  • Modélisation et simulation numérique du réacteur
  • Études des matériaux et de la chimie du sel combustible
  • Études de sûreté et de radioprotection

Les laboratoires grenoblois associés à Grenoble INP qui travailleront sur ce projet sont :

Avec un financement d’environ 200 000 Euros sur trois ans seulement, ce projet est loin des sommes nécessaires pour lancer un développement sérieux de cette technologie. Pour cela il faudrait que l’Etat français et l’Union européenne reconnaissent l’énorme potentiel de la fission liquide et lancent un projet de prototype, comme l’a fait la Chine. Mais le projet CLEF permettra de financer 3 post-doctorats et ainsi de former les personnes qui pourront porter ce concept dans le futur.

Le CNRS lance un projet sur l’exploitation du thorium

Qui veut étudier le thorium ?

Le CNRS, AREVA et le CEA lancent un appel à projets autour de trois axes :

1 : Géologie de l’Uranium et du Thorium (Source – Transport – Dépôt – Préservation)

2 : Traitement des minerais d’uranium et de thorium

3 : Acteurs et marchés des matériaux fissiles

Ceux qui s’y intéressent ont jusqu’au 6 juillet 2012 à minuit pour déposer leur candidature !

Le projet de François Hollande – une nouvelle direction pour le nucléaire en France?

Au lendemain de l’élection présidentielle, rappellons le projet de François Hollande concernant le nucléaire en France :

Je préserverai l’indépendance de la France tout en diversifiant nos sources d’énergie. J’engagerai la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à 50% à l’horizon 2025, en garantissant la sûreté maximale des installations et en poursuivant la modernisation de notre industrie nucléaire. Je favoriserai la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur. La France respectera ses engagements internationaux pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans ce contexte, je fermerai la centrale de Fessenheim et je poursuivrai l’achèvement du chantier de Flamanville (EPR).

Un message contrasté :

– Comment faire concrètement pour réduire les gaz à effet de serre si l’énergie nucléaire est réduite?

– Une reconnaissance que les réacteurs les plus anciens présentent le plus de risques, et une modernisation prévue de l’industrie nucléaire, mais aucune mention des technologies de génération 4 (y compris les réacteurs à sels fondus).

– La France, leader mondial dans l’énergie nucléaire, envoie un message négatif au reste du monde en réduisant la part d’énergie nucléaire dans sa production d’électricité.

François Hollande est-il au courant des très grands avantages du cycle de combustible au thorium et des réacteurs à sels fondus ?