Conférence à l’école des mines

L’association Intermines des anciens de l’école des mines organise, mardi 23 juin 2015, une conférence-débat sur les « Réacteurs nucléaires à sels fondus de thorium« ,

105-logoINTERMINES

…pour faire le point sur :

  • les particularités, les avantages et inconvénients des combustibles liquides et du cycle thorium
  • les avancées récentes concernant le MSFR (Molten Salt Fast Reactor) et la convergence avec les réacteurs de 4e génération
  • les besoins en R&D
  • les projets en cours en France et à l’international

Avec des interventions de Daniel HEUER, Directeur de recherche au CNRS affecté au LPSC (Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie) de Grenoble, spécialiste des réacteurs à combustibles liquides et de la filière thorium, et d’Alain GERBER, Ingénieur ECAM Lyon qui travaille depuis 1998 dans l’ingénierie nucléaire AREVA, essentiellement dans la 4e génération : SFR, VHTR et sur MSFR (Molten Salt Fast Reactor), cette conférence-débat de 2 heures commencera à 18h30, dans un amphithéâtre de l’école des Mines de Paris, 60 boulevard Saint Michel, 75006 Paris

1525-Mines-ParisTech-Panorama

Elle est gratuite pour les cotisants de l’association et les étudiants, et au tarif de 15€ pour les non-cotisants et les extérieurs. Inscrivez-vous en ligne, ici !

Merci Dr. Kloosterman

Grand succès pour le symposium organisé à TU Delft hier par le professeur Jan Leen Kloosterman sur le thorium dans les réacteurs à sels fondus.

JLK

Jan Leen Kloosterman ouvre le symposium à Delft avec une présentation sur le thorium dans les réacteurs à sels fondus

La participation a dépassé toutes les attentes avec 365 personnes. Il a été nécessaire de changer de salle et prendre le grand auditorium du centre de conférences Aula de l’université technique de Delft.

365 personnes ont assisté au symposium

365 personnes ont assisté au symposium

Le symposium a été l’occasion d’annoncer un nouveau programme de recherche européen – SAMOFAR (Acronym anglais : Safety Assessment of a MOlten salt FAst Reactor – évaluation de la sécurité d’un réacteur rapide à sels fondus). La commission européenne a alloué plus de 3 millions d’euros à ce programme qui démarre en août 2015 avec une durée de 4 ans.

SAMOFAR

Des fonds européens pour la recherche sur les réacteurs à sels fondus – très bonne nouvelle !

L’objectif de SAMOFAR est de prouver les concepts innovants de sécurité de la MSFR par des techniques expérimentales et numériques de pointe, de livrer une percée dans la sûreté nucléaire et la gestion optimale des déchets, et de créer un consortium d’intervenants. Le consortium SAMOFAR se compose de 11 participants. Les partenaires scientifiques sont TU-Delft, CNRS, CCR-ITU, CERTAINS, PSI et CINVESTAV. Les partenaires industriels sont Areva, CEA, EDF, KIT et l’IRSN. TU Delft dirige le programme SAMOFAR, et Jan Leen Kloosterman a été au coeur des efforts d’obtention des fonds européens. Merci Dr Kloosterman pour tous ces efforts, pour votre accueil chaleureux à Delft, et pour ce magnifique symposium qui était une étape importante dans la construction de la communauté internationale de la fission liquide.

Symposium à Delft

Les organisations suivantes seront présentes à un symposium organisé par l’Université Technique de Delft au Pays Bas le 17 avril 2015.

TU Delft

Avec le titre « Le Thorium dans les Réacteurs à Sels Fondus« , ce symposium regroupe des experts internationaux dans le domaine des combustibles nucléaires liquides. L’enregistrement est ouvert jusqu’au 2 avril.

 

Nucléaire : l’impératif de l’innovation

Hugh MacDiarmid est un homme avec une mission.

L’ex PDG d’Energie Atomique du Canada Limité est maintenant président du conseil d’administration de Terrestrial Energy, l’entreprise créée fin 2012 à Ottowa pour créer et commercialiser leur technologie de Réacteur à Sels Fondus Intégral (RSFI).

Le 24 septembre 2014, il a prononcé un discours au prestigieux Club économique du Canada, avec le titre « Nucléaire : l’impératif de l’innovation ».

(vidéo sous-titrée en français)

Il est intéressant de lister quelques phrases clés de la traduction française de ce discours :

  • A Terrestrial Energy, je crois que nous avons quelque chose de spécial
  • Nous sommes confrontés à une croissance toujours plus élevée de la demande d’énergie.
  • L’innovation viendra sûrement et elle va créer une rupture.
  • Nous pensons que cet avenir pourrait arriver plus tôt que prévu.
  • Il n’y a pas assez de bonnes réponses dans la gamme existante de solutions d’approvisionnement.
  • Le réacteur à sels fondus intégral, le RSFI, pourrait être l’une des réponses à cette insuffisance de l’offre
  • C’est une opportunité formidable pour la communauté nucléaire au Canada.
  • Qu’est-ce qu’un réacteur à sels fondus et comment c’est différent ? De façon générique, c’est un système de réacteur qui utilise un combustible liquide. C’est une différence fondamentale. Tous les autres utilisent un combustible solide.
  • Il doit passer le test de la viabilité commerciale – et nous croyons que notre RSFI passe ce test.
  • La valeur en capital est largement récupérée sur la durée de vie de sept ans que nous estimons pour l’unité cœur du RSFI.
  • Nos estimations indiquent que le RSFI va démontrer un coût d’énergie sur durée de vie le plus bas de toute technologie connue, et par une certaine marge.
  • Le RSFI sera une machine beaucoup moins chère à construire et à exploiter – point.
  • Nous avons choisi le graphite comme modérateur.
  • Le RSFI répond à la définition acceptée d’un petit réacteur modulaire.
  • La consommation d’uranium par kilowatt-heure sera un sixième du nucléaire conventionnel.
  • Pour nous, le combustible nucléaire usé est une source d’énergie intéressante.
  • Le RSFI a une empreinte de déchets beaucoup plus petite, avec une durée relativement courte.
  • La température de sortie plus élevée ouvre de nombreuses nouvelles applications industrielles qui ne sont pas viables pour le nucléaire classique. Nous pensons que le marché de la chaleur industrielle pourrait devenir encore plus grand pour le RSFI que la production d’électricité.

Il est également instructif de découvrir sur le site internet de Terrestrial Energy le calibre et le niveau d’expérience de l’équipe dirigeante de cette entreprise.

Alors, qui sera le premier dans la course à la fission liquide ? La Chine ? Le Canada ? Le Royaume-Uni ? Ou un autre ? Et quand verrons-nous cette technologie en Europe ?

Présentation : « La voiture nucléaire »

Samedi 13 septembre, lors de la 4ième causerie de l’association Avenir Climatique, John Laurie a donné une présentation sur « La Voiture Nucléaire ».

La voiture nucléaire

La présentation entière est disponible à télécharger ci-dessous, en format Powerpoint ou .pdf, accompagné du texte de la transcription des notes en format Word. N’hésitez pas à utiliser et partager largement ces documents pour faire découvrir la voiture nucléaire à un public de plus en plus grand.

Télécharger la présentation       Télécharger la présentation       Télécharger le texte de transcription de la présentation (format .docx)

Invitation à causer de la Voiture Nucléaire

Vous êtes cordialement invité le samedi 13 septembre 2014 à une journée d’échanges à Paris pour causer, entre autres, de la Voiture Nucléaire.InvitationDans quel pays d’Europe peut-on (vraiment) conduire avec zéro émissions de CO2 ?
Comment peut-on décarbonner entièrement le secteur automobile ?
Que faut-il faire pour transformer votre voiture en voiture nucléaire ?

A 15h00, John Laurie présentera des éléments de réponse à ces questions. Ensuite, il y aura du temps pour les questions / réponses.

L’association Avenir Climatique a pour but de contribuer à faire des enjeux énergétiques et climatiques une priorité dans le monde étudiant. Elle est principalement constituée de jeunes actifs et d’étudiants et elle est indépendante de tout parti politique et de toute ONG.

Cette quatrième causerie aura lieu le 13 septembre 2014 dans l’amphi Rataud de l’Ecole Normale Supérieure, dans le 5ième arrondissement à Paris. Vous trouverez le programme sur leur site ou bien sur l’invitation à l’évènement. C’est ouvert à tous, membre ou non d’Avenir Climatique, experts ou grand public – vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire avec ce formulaire. L’inscription est facultative et n’engage à rien mais elle aide AC à planifier l’évènement et leur permet de vous faire passer des infos.

Venez nombreux – il est bon de causer !

 

Présentation : « La Fission Liquide »

Le 9ème arrondissement à Paris a été la scène mardi pour une présentation sur « la fission liquide ». Lors d’une réunion des bénévoles du Shift Project, John Laurie a parlé de l’énergie, du nucléaire d’aujourd’hui, et de ce que le nucléaire aurait dû être dès le début : une technologie à zéro carbone pour résoudre les problèmes que la technologie a créés.

La Fission Liquide

Si certains dans l’audience avaient déjà entendu parler de cette technologie, la plupart découvrait pour la première fois les nombreux avantages de faire de l’énergie nucléaire avec des combustibles liquides. La discussion qui a suivi a été riche et constructive !

La présentation entière est disponible à télécharger ci-dessous, en format .pdf ou Powerpoint, accompagné du texte de la transcription des notes. N’hésitez pas à utiliser et partager largement ces documents pour faire découvrir la fission liquide à un public de plus en plus grand.

ppt_logo pdf_logo word-logo

L’énergie du thorium s’invite à TEDxParis

Le 4 juin 2013 à la Gaîté Lyrique à Paris s’est tenue une édition de TEDxParis avec le thème « Ça marche ».

Parmi les 8 talks, Jean-Christophe de Mestral, auteur du livre L’atome vert – le thorium, un nucléaire pour le développement durable, a présenté les avantages de ce combustible nucléaire fertile. Le titre de son talk est « L’énergie du thorium, l’avenir vert du nucléaire ? »

De-Mestral est un membre fondateur de l’international Thorium Energy Committee (iThEC, Genève), qui a organisé la récente conférence scientifique internationale au CERN sur le thorium.